LE PIED DE L’ÂNE

 

 

 

 

 

 

 

 

VOLTON  Jean-BAPTISTE                                                   C-F-A

         BTM2                                                                 du COMMINGES

    Promotion 2002

 

 

 

 

SOMMAIRE

 

         I  INTRODUCTION                                                              Pg1

 

         II  LE PIED DE L’ÂNE                                                          Pg2

 

         III L’ÂNE AU PRÈS                                                              Pg4

        

         IV L’ÂNE FERRE’                                                                Pg6

 

         V  QUELQUES PROBLÈMES DE PIEDS CHEZ L’ÂNE     Pg9

 

         VI  CONCLUSION                                                                Pg11

 

 

INTRODUCTION

 

 

 

 

 

  L’âne, reconnue ancestralement comme un animal robuste, porteur, demandant peut d’entretient. Si peut, qu’il fait bonne figure en tant qu’ornement de jardin. Seuls les adeptes de l’âne sont conscients des besoins physiques de cet animal. Ce caractériel invétéré, nécessite un minimum de soin pédicure et vétérinaire, car en tant qu’équin il est réceptif aux même pathologies que le cheval. La ferrure de ces derniers est appropriée lors d’usure prononcée du pied relative au travail.

  Ce book, va vous exposer les différents problèmes rencontrés lors de l’absence de visite du maréchal ferrant, ainsi que le mode de ferrure spécifique à l’âne.  

 

 

 

L’ÂNE AU PRÈS

 

 

            Même s’il arrive que certaines personnes font appelle au maréchal ferrant régulièrement environ tous les trois mois pour un parage d’entretien.  Il est fréquent que les heureux propriétaires ne découvrent les pieds de leur animal de compagnie que l’hiver passé. Et ho ! surprise « les sabots de mon âne ont poussé en quinze jours » donnant des résultats spectaculaires.

 

 

 

            Bien entendue ces cas sont extrêmes, mais peuvent entraîner des conséquences irrémédiables. Heureusement, il existe des personnes consciencieuses qui ne font pas que regarder leur âne de l’autre coté de la barrière.

 

 

âne visité environ tous les trois mois

 

  

 

L’ÂNE  FERRE’

 

 

            L’âne si robuste qu’il soit, lorsqu’il travaille attelé ou en tant que porteur, l’animal subit une usure au niveau des sabots. Et comme pour le cheval, ses pieds doivent être ferrés. Le principe reste le même, les fers peuvent être mécaniques ou forgés, seul une petite variante est à réaliser.

            En effet, les fers seront dépourvues de pinçons aussi bien pour les antérieurs que pour les postérieurs. Une ajusture de mulet sera de rigueur, elle est simplement une ajusture à fort relevé de pince (45°), favorisant la bascule antérieure du pied et diminuant l’usure excessive du fer.

 

 

ajusture de mulet

 

  

             L’ajustage des fers sera dans la continuité de la paroi en étant un peu plus large tout au tour surtout en talons, les étampures seront disposées dans la partie antérieure des fers, si celles-ci sont déjà disposées dans la partie postérieure du fer, ne pas les combler. Plus on se rapproche des talons plus la ligne blanche est mince et difficile à brocher.

 

 

 

 

 

            Mis à part certaine variation, la ferrure des ânes suit le même ordre de marche que pour les chevaux, à savoir :

-         Un parage équilibré, plan suivant la conformation de l’animal, et ayant une surface solaire symétrique.

 

-         Un ajustage en accord avec le pied, laissant une légère garniture tout autour du pied surtout en talon (suivant utilisation), ne pas oublier l’ajusture de mulet.

 

 

 

 

-         Brocher et river en respectant l’alignement des clous au tiers inférieur du pied, éviter de brocher après la moitié postérieure du pied.

 

 

 

QUELQUES PROBLÈMES DE PIED CHEZ L’ÂNE

 

            Comme tout équidé, l’âne est susceptible de rencontrer quelques problèmes d’ordre pathologique. En voici quelques exemples :

 

abcès et maladie de la ligne blanche

 

fourmilière

 

 

 

 

 

fourbure

 (nous pouvons apercevoir la compression de la troisième phalange)

 

 

  Ces différentes pathologies ont les mêmes traitements que pour les chevaux.

 

 

CONCLUSION

 

 

 

  Comme nous avons pu le constater, les ânes ont quasiment le même mode d’entretien que leurs semblables chevaux. Même s’il orne convenablement les jardins, ils ne doivent pas être dépourvus de soins réguliers. D’ailleurs, les professionnels de l’âne l’on bien compris. Malgré leur robustesse légendaire, ils ne sont pas à l’abris de problèmes pathologiques divers, que le maréchal ferrant se fera un plaisir de traiter mais inutiles pour le bien être de l’animal.